JOURNEES FRANCOPHONES PARIS 2019

LA BEAUTE AU COEUR DU CHEMIN THERAPEUTIQUE LES 5 et 6 OCTOBRE 2019

Contactez www.sfabe
« Aucune grâce extérieure n’est complète si la beauté intérieure ne la vivifie.
La beauté de l’âme se répand comme une lumière mystérieuse sur la beauté du corps »
Victor Hugo.
Et si nous prenions ensemble le temps de ces Journées pour échanger, interroger, éprouver la place de la beauté dans nos vies et celles de nos patients ?
Comment nous relions-nous à la beauté et de quelle façon celle-ci apparait-elle sur le chemin thérapeutique ?
La thérapie rend beau. Nous, analystes bioénergéticiens, sommes les témoins de la beauté corporelle émergente de nos patients lorsque l’énergie vitale
circule. Car, que de grâce lorsque l’expression d’émotions bloquées ayant été rendue possible, corps, psychisme et âme se relient et s’unifient !
La thérapie nous ouvre à la beauté. La beauté est éminemment liée à la perception, à la relation entre sujet et objet. Comment le travail
thérapeutique nous aide-t-il à renouer avec un corps vivant fait de sensations et dès lors à ouvrir nos sens à la beauté du monde, de la nature, du lien et de
bien plus encore ? C’est le regard et le coeur ouverts que nous nous laissons être touchés, entrer en résonance avec ce qui est.
La beauté est thérapie. Le beau, dans l’art et en toute chose, est tel une main tendue qui nous aide à traverser l’existence, à guérir de nos
maux. « C. comprenait la puissance cicatrisante de la beauté. Face à un tableau nous ne sommes pas jugés, l’échange est pur, l’oeuvre semble
comprendre notre douleur et nous console par le silence, elle demeure dans une éternité fixe et rassurante, son seul but est de vous combler par les ondes
du beau. Les tristesses s’oublient avec Botticelli, les peurs s’atténuent avec Rembrandt, et les chagrins se réduisent avec Chagall.» (Charles Pépin « Quand
la beauté nous sauve »)
Chaque fois que la beauté nous touche elle nous réapprend à nous faire confiance, à ne pas nous laisser enfermer dans notre quotidien, à nous ouvrir à la
promesse d’un absolu. Nous avons besoin de nos émotions esthétiques pour que la vie en nous puisse continuer à se métamorphoser.
La beauté est transcendance. » Le temps s’arrête pour celui qui admire » s’exclame Diderot devant Les Ruines du peintre H. Robert, comme si la
beauté nous donnait accès à cet espace intemporel au-delà de la vie et de la mort, entre inspire et expire, l’espace de la méditation